qui suis je?

J’ai été opérée à 42 ans d’un cancer du sein. Puis j’ai été bénévole pendant six ans dans une association de soutien moral pour des femmes touchées par cette maladie. Côtoyant longuement médecins, patientes et hôpitaux….j’ai écouté et regardé.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « qui suis je? »

  1. Bonjour,
    Après avoir lu vos différents articles (conseillés par Manuela Wyler dans son livre « Fuck my Cancer » et avec laquelle je corresponds), je me permets de vous proposer de feuilleter mon album illustré « C’est l’histoire d’un petit crabe », sur le blog http://uncancerdusein.tumblr.com/ en attendant de trouver un éditeur moins frileux, s’il existe…
    Voici son histoire. En 2011, à 52 ans, à l’instar d’une femme sur huit, j’ai développé un cancer du sein. A partir de la découverte de la maladie, j’ai noté et dessiné dans des petits carnets les détails des consultations, de l’hospitalisation, et pendant la radiothérapie, n’étant pas en condition physique pour travailler à l’extérieur, j’ai eu le désir de réunir l’écriture et la peinture afin de témoigner de mon parcours à travers notre système de santé, mettant en lumière les nombreux points, relationnels et pratiques, si importants, auxquels les patientes sont confrontées. Toujours avec humour, même si parfois avec effroi, car j’ai bien connu le milieu hospitalier pour avoir exercé le métier de sage-femme pendant quinze ans, jusqu’en 1994, avant celui de rédactrice-réviseuse.
    Et pendant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de dessiner et de peindre.
    Je voulais relater précisément les propos échangés avec les différents interlocuteurs médicaux, intégrant les ordonnances et comptes-rendus, d’abord pour informer des nombreuses étapes du protocole médical dans la prise en charge du cancer du sein. Ensuite, afin de mettre en lumière les divers dysfonctionnements (pas ou peu de concertation entre les soignants pour le suivi post-opératoire, pas de devis présenté quant aux dépassements d’honoraires…), le manque de considération, d’écoute, de dialogue, à l’image de notre société qui privilégie le contrôle, le pouvoir et l’infantilisation.
    La patiente, déjà affectée par la maladie, doit faire face à des sentiments de manipulation, d’assujettissement, d’intrusion, de douleur.
    J’ai voulu également que la féminité, le corps et sa représentation soient marqués.
    Mes illustrations dévoilent un monde intérieur et intime, et je constate que les patientes et leurs proches se reconnaissent dans mon parcours et sont touchés par mon album, des images du corps féminin dénudé jusqu’à celles où la mort est particulièrement présente.
    Je suis consciente de la singularité de la forme de ce travail qui aborde la maladie grâce à mon regard d’ancienne soignante et de peintre et j’espère qu’il vous intéressera.
    Cordialement,
    Alexandra Peretz (peretzalexandra@hotmail.com et page Facebook)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s