Au nom de tous les seins, incertain dépistage

le film commence très fort par une course rose.

Des pasionarias délurées en tee-shirts roses vantent dans une ambiance festive les bienfaits de la mammographie qui « sauve » les vies et les seins des femmes…

Mais Monique, la patiente que le spectateur suit de sa mammographie à l’opération n’est pas de la fête.

Bien que dépistée « tôt » elle subit son cancer in situ de plein fouet. Une réalité qui est bien loin du discours d’octobre rose et de la posture institutionnelle !

En même temps que Monique, nous suivons une patiente canadienne, et une autre du Royaume-Uni avec leurs doutes et leurs décisions. Cette histoire de dépistage n’est décidément pas chose simple.

D’intéressantes images d’archive tracent la genèse du dépistage comme produit d’une certaine idée du progrès, à cheval sur la technologie, le rêve et l’opportunisme marchand.

Heureusement que Gilbert Welch, Peter Götszche et d’autres nous rappellent le principe même de l’acte médical : primum non nocere, d’abord ne pas nuire.

Bon, je ne vais pas tout raconter.

Grand merci à Coline Tison

 

Mardi 12 janvier à 20h45mn sur France 5

Publicités