Mais quelle idée mme Bertinotti, quelle idée!

 Mais quelle idée mme Bertinotti, quelle idée ! Pourquoi faire de la communication avec votre histoire. Pourquoi le faire et  pourquoi le faire d’une façon aussi maladroite ?

Nous dirons que le choix de la journaliste était maladroit. C’est ça, sans doute.

Si vous avez su taire votre cancer pendant huit mois, pourquoi le révéler maintenant. Quel est l’intérêt de vouloir dire  à tout le monde ce que finalement vous avez mis tant d’énergie à taire. Ils n’ont pas vu la perruque, ils n’ont pas vu la double dose de maquillage…Ils n’ont rien vu. Est ce un jeu ? Une sorte de cache-cache où l’on compterait jusqu’à 100, jusqu’à la fin des traitements pour surgir de sa cachette en fanfaronnant devant les ânes qui n’ont rien découvert. Youhhhouhhh, je suis là !

Qu’est ce que ça veut dire de jouer le jeu du cliché, de la caricature ?

Taire les choses au patron, à l’entourage, porter seule ce fardeau quand les services de psycho-oncologie  proposent aux patients de parler simplement de leur maladie, sans le poids du silence, en tentant de lever les masques et les faux semblants.

Qu’est ce que ça veut dire ce discours de battante. L’ouvrière, l’institutrice, la caissière, la coiffeuse, la femme de ménage etc n’ont pas les mêmes possibilités ni les mêmes patrons…Leur silence souvent n’est pas un choix ou un luxe mais une nécessité. 

Quelle maladresse. Ce sujet est trop sérieux, trop compliqué.

Vous aurez donc à mes yeux l’excuse de n’être qu’une patiente avec ses faiblesses et ses limites, ses petites consolations dans la tourmente. J’ai moi aussi été patiente et me suis réjouie de ces petites consolations.

Mais moi je ne suis pas ministre.

Alors à l’intention de l’auteure de ce mauvais article :

-Borgen, (série télévisée danoise) qu’elle érige en modèle du « comment outer son cancer », Borgen est un  film, une fiction . Ce n’est pas la vraie vérité ! Il ne s’agit pas là de jouer des rôles, on se cogne au réel.

 De plus si elle a vu Borgen, elle se souviendra que Birgit Nyborg aura tu son cancer et que cela lui aura joué de vilains tours.

-La comparaison avec Mitterrand n’est pas des plus réussie.

Son acharnement à rester aux manettes quand il se savait malade n’est pas pour moi une preuve de courage, de dignité ou d’abnégation bien au contraire. Son obstination au silence a pris une allure feuilletonesque et entraîné d’autres personnes dans le mensonge. Être en charge d’un état signifie avoir des obligations qui dépassent le seul intérêt particulier.

-Et pour finir, le cancer du sein ne se réduit pas à un problème d’esthétique. Or une fois de plus la part de l’article dévolue aux problèmes de l’apparence est immense.

Tout cela est traité comme dans un roman-photo, c’est consternant de bêtise.

Cerise sur le gâteau notre chère Marisol : « Dominique nous a bluffés, vivre avec sa maladie sera l’un des grands enjeux à venir. »

En même temps on ne vous a pas attendu, heureusement.

S’il faut attendre qu’une ministre soit malade pour qu’une pathologie soit considérée dans sa réalité quand elle touche tous les ans plusieurs dizaines de milliers de personnes, c’est grave, c’est très grave.

Maintenant nous participons à tout le battage médiatique post-silence avec tous les débordements et les approximations qui lui sont associés.

Attention aux émotions quand on parle de cancer du sein, elles nous mènent par le bout du nez et nous empêchent de réfléchir.

 

 

Publicités

9 réflexions au sujet de “Mais quelle idée mme Bertinotti, quelle idée!”

  1. Merci Martine d’avoir pointé du doigt ce commentaire de Marisol Touraine que j’avais zappé dans l’article du Monde : « Dominique nous a bluffés. Pouvoir vivre avec sa maladie sera l’un des grands enjeux à venir »
    Et voilà comment la véritable prévention passe à la trappe. Tous les projecteurs sont braqués sur le « vivre avec », en oubliant ce que l’on pourrait tenter de faire pour VIVRE SANS. Mais la gestion de la maladie est tellement plus rentable que sa prévention…
    « Nous a bluffés » : c’est ce qui est demandé. Cacher cette maladie que je ne saurais voir. « Soyez courageuses, continuez de sourire comme si de rien n’était, restez féminine, surtout pas de colère… » J’arrête : ma tension monte…

    1. Oui, arrête, ne laisse pas la tension monter…tu serais très vite sur-diagnostiquée comme hypertendue et sur-médiquée…ça apporterait des sous aux labos mais te nuirait par ailleurs…et on a besoin de toi et de ton travail!

  2. Hello.Je me sens moins seul : depuis queques jours, je me prenais pour un salaud parce que j’etais tres mal à l’aise avec cette histoire.Sans parler des termesemployés dans la presse « elle a avoué », « elle a reconnu » …

  3. L’article est effectivement discutable… Mais je trouve vraiment curieux de juger la principale concernée sur le fait de dire, de ne pas dire… Il y a des anonymes qui font ça aussi: cacher, puis dire, quand ils/elles se sentent prêts… Peut-être que c’est plus facile de dire: « je suis en train de me sortir d’affaire » que de dire « je suis malade ». Est-ce si étonnant ?

  4. On peut choisir de dire ou de ne pas dire et il ne m’appartient pas d’en juger. Ce que je ne comprends pas, c’est la polarisation autour du secret avec ce que cela comporte: j’ai dit à machin mais pas à truc etc et puis dès l’instant où la période que l’on cache se finit (et que par conséquent si rien n’a été dit ce serait comme si ce moment n’avait pas existé) il y a une brûlante nécessité que tout le monde sache!
    je ne juge pas cette attitude mais je la questionne et c’est bien pour cela que je me demande ce que ça veut dire…Sur un autre blog quelqu’une parle d’ individualisme ou d’égoïsme et il y a de ça. Bien que je sache que notre maladie nous contraint en quelque sorte en nous même, c’est un moment de pur égoïsme pour nous toutes très souvent. Bien obligées, nous sommes brutalement renvoyées à notre impermanence et à notre corps souffrant. C’est bien pour cela qu’il faut laisser se décanter les choses…avoir du recul. Mais comme pour Angelina Jolie ou d’autres people cette place très en vue demande à ce que nous en soyons conscients car les retombées peuvent être lourdes. et encore A Jolie est une comédienne, mme B est ministre avec ce que cela représente comme parole publique, citoyenne etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s